Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

17e Sommet de la Francophonie à Erevan : les enjeux sont nombreux

Publié le 11 octobre 2018 par Julien de Location-Francophone

Le prochain Sommet de la Francophonie à Erevan, capitale de l’Arménie, s’ouvre ce jeudi 11 octobre 2018. Il réunira les chefs d’États et de gouvernement qui, après la 10e session du Conseil permanent de la Francophonie, ont choisi un nouveau thème pour ce XVIIe Sommet de la Francophonie en Arménie.

Le 17e Sommet de la Francophonie à Erevan ©OIF

Le 17e Sommet de la Francophonie à Erevan ©OIF

Un thème ambitieux pour le XVIIe Sommet de la Francophonie à Erevan

Le 17e Sommet de la Francophonie à Erevan a effectivement choisi un thème plutôt ambitieux. Son nouveau thème : « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone ». Un vaste espace francophone, en effet, qui comprend près de 900 millions de locuteurs francophones, et ce, sur 4 continents.

Ce nouveau programme vise à promouvoir les valeurs humaines qui contribuent à renforcer « la cohésion des sociétés ». Mais ce Sommet ne se penchera pas uniquement sur les problèmes touchant la communauté francophone. Outre les différentes manifestations prévues lors du Sommet, l’inauguration du Village de la Francophonie, d’autres enjeux se dessinent.

Au programme du Sommet de la Francophonie

Le XVIIe Sommet de la Francophonie à Erevan marquera le 50e anniversaire de la création de l’OIF. Différents entretiens avec les chefs des pays francophones auront donc lieu à cette occasion. Cet événement sera aussi l’occasion de passer le flambeau à la Tunisie qui accueillera le 18e Sommet prévu en 2020.

Partez à la découverte d'Erevan, la capitale de l’Arménie, pendant le Sommet de la Francophonie

Partez à la découverte d’Erevan, la capitale de l’Arménie, pendant le Sommet de la Francophonie

Le Sommet attendu en Arménie sera aussi marqué par l’élection de la nouvelle secrétaire générale de la Francophonie. Deux femmes sont actuellement mises en lice : Michaëlle Jean et la rwandaise Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères. L’issue de cette élection sera décisive pour l’avenir de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Cette bataille électorale n’affectera cependant pas les autres points à l’ordre du jour, dont l’adhésion de nouveaux pays. Notons que l’OIF s’est élargi depuis le dernier Sommet de la Francophonie 2016 qui s’est tenu à Madagascar.

Qu’est-ce qu’un Sommet de la Francophonie ?

2 commentaires sur “17e Sommet de la Francophonie à Erevan : les enjeux sont nombreux

  • Jihème
    le 12 octobre 2018

    Pourquoi faudrait-il élire à la tête de l’OIF une femme qui appartient au gouvernement de Kagamé, lequel a montré son attachement à la francophonie en faisant sortir son pays de l’aire francophone pour le rattacher à l’aire anglophone, a effacé le français comme langue officielle pour passer à l’anglais. Il déteste la France à qui il reproche une contribution au génocide dont le tribunal international pour le Rwanda a pourtant montré qu’il en était le principal responsable ? Une telle élection, ce serait montrer qu’on marche sur la tête !
    Et à quand l’élection d’un secrétaire général qui serait issu d’un pays francophone d’Europe ?….

    Répondre
    • Julien de Location-Francophone
      le 12 octobre 2018

      Effectivement vous avez entièrement raison et beaucoup de personnes pensent comme vous ! C’est vraiment regrettable que ce type de personne puisse être à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie. Le président français, Emmanuel Macron, est pour beaucoup dans cette élection. Il doit y avoir des intérêts cachés comme toujours et nous « simples francophones » nous subissons des choix politiques et stratégiques d’une minorité. Je pense qu’il existe de nombreuses personnalités francophones qui méritent bien plus le titre de secrétaire général de la Francophonie. En ce qui concerne l’élection d’un ou d’une secrétaire général(e) issu(e) d’un pays francophone d’Europe, j’espère que cela viendra un jour et j’espère également que son élection ne sera pas motivée par d’obscures raisons comme cela est de plus en plus courant partout dans le monde…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.