Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

Connaissez-vous les sept phénomènes frappants de la langue française ?

Publié le 19 août 2016 par Julien de Location-Francophone

Amis francophones et passionnés de la langue française, nous sommes tous épris de cette délicieuse langue de Molière que les grands artistes et poètes, tels que Victor Hugo ou encore Charles Baudelaire, prenaient plaisir à immortaliser. Mais cette langue que nous nous plaisons tant à qualifier de romantique semble aussi comprendre quelques phénomènes frappants rehaussés par une touche de subtilité.

Phénomènes frappants

Phénomènes frappants

Des phénomènes frappants sans égal

Le français se distingue en effet par quelques phénomènes frappants qui caractérisent avec subtilité celui-ci. Des mots et des expressions qui n’ont aucune sonorité en commun avec aucun autre terme. Certains d’entre nous les utilisent pourtant tous les jours sans s’en rendre compte. « Simple, quatorze, meurtre, triomphe, larve, monstre, goinfre, quinze, pauvre et belge ». Ce sont précisément les dix mots qui ne riment avec aucun autre mot dans la langue française.

Le verbe « ressasser »

Croyez-le ou non, mais le verbe « ressasser », quant à lui, est considéré comme le plus long palindrome de la langue de Molière. Rappelons qu’un palindrome signifie tout simplement un mot ou un terme lisible dans les deux sens. Ce dernier reste d’évidence le seul mot possédant cette singularité et mérite une place de choix dans la liste des sept phénomènes frappants du français.

Les phénomènes frappants de la langue française

Les phénomènes frappants de la langue française

Un roman sans la lettre « e » ?

Oui, c’est possible ! Ce roman portant le titre de « La Disparition » est signé Georges Perec. Cette véritable œuvre d’art, dite lipogramme, mérite vraiment une place à part entière dans la catégorie des phénomènes frappants de la langue française. Trois cents pages écrites des mains de Georges Perec sans mentionner, même une seule fois, la lettre « e ». « Il fallait un grand art, un art hors du commun, pour fourbir tout un roman sans ça », souligne l’écrivain français Bernard Pingaud.

Les mots masculins se terminant par « ette »

Les enfants ont bien eu du mal à l’école à mémoriser ces mots masculins avec la terminaison « ette ». Le plus connu de tous reste à l’évidence le terme « squelette » qui fait souvent de l’ombre aux autres mots et groupes de mots bien connus des francophones. Un « casse-noisette », un « transpalette », un « bébé-éprouvette », un « porte-serviette », un « pied-d’alouette », un « magnétocassette »…, la liste est longue !

Masculin ou féminin ?

Dans la catégorie des phénomènes frappants de la langue française, on retrouve également trois mots qui ont la particularité d’avoir un genre différent selon qu’ils soient au singulier ou bien au pluriel. Ces trois phénomènes de la langue de Molière ne sont autres que « délice », « amour » et « orgue ». Car si au singulier ces trois phénomènes sont au masculin, curieusement, ils basculent au féminin une fois mis au pluriel !

Les termes en français

Les termes en français

Ognon ou oignon ?

Croyez-le ou non, mais les deux termes sont exacts. Pour mieux les comprendre, il nous faut décortiquer le mot en trois : o, ign et on. Dans l’ancien français, le graphème « ign » se prononçait « gneu ». Ce n’est que bien plus tard que ce dernier a été remplacé par « gn ». Ainsi, si jadis nous écrivions « besoigne », de nos jours, le terme exact est besogne. Seul le mot « oignon » a gardé le graphème de l’ancien français.

Oh, des oiseaux !

Connaissez-vous la particularité du mot « oiseaux » ? Aussi surprenant soit-il, ce mot réunit à lui tout seul toutes les voyelles de la langue française ! On lui donne donc une place bien méritée dans la liste des phénomènes frappants ? Mais ce n’est pas tout, car ce dernier mérite aussi d’être considéré comme le plus long mot dont aucune lettre n’est prononcée. Essayez donc !

28 commentaires sur “Connaissez-vous les sept phénomènes frappants de la langue française ?

  • Bandula Idamegama
    le 20 août 2016

    J’ai appris le français à l’Alliance Française de Colombo 1979-82, au niveau de diplôme. Aujourd’hui, à l’âge de 57 ans, j’ai oublié la plupart de ce que j’appris. Donc, j’aimerais avoir un ami francophone pour correspondre avec en français. J’ habite au Sri Lanka. Si vous êtes intéressé, s’il vous plaît écrivez-moi. Je suis aussi sur Facebook. Mon nom est Bandula Idamegama.

    Répondre
    • Bonjour,

      Tout d’abord, je tiens à vous remercier de parcourir nos articles. Si vous souhaitez de nouveau pratiquer le français, je pense que le mieux est de vous mettre en relation avec l’Institut Français ou l’Alliance Française les plus proches de votre ville. Vous pouvez également parcourir les nombreux groupes présents sur Facebook, qui vous permettront de progresser en français.

      A très bientôt,

      Julien de Location-Francophone

      Répondre
    • Pénélope
      le 23 août 2016

      Bonjour Bandula,
      Je suis française et jetravaille à l’alliance française de Singapour. J’ai prévu de visiter le Sri Lanka en décembre ou en janvier. Je serais ravie d »echanger avec vous par mail ou courier postal et même de vous renconter lors de ma visite future dans votre pays! N’hésitez pas à me contacter!
      Cordialement,
      Pénélope

      Répondre
      • Bonjour Pénélope,

        Je vous remercie d’avoir répondu à l’appel de Bandula. Je pense que le mieux est de le contacter directement en lui envoyant un email sur Facebook en cherchant le profil : Bandula Idamegama. Je peux également vous transmettre son adresse email, mais malheureusement, je ne peux pas mettre celui-ci à la disposition de tous. Si vous souhaitez avoir son email, veuillez me contacter en utilisant ce lien : https://www.location-francophone.com/contactez-nous .

        Je reste à votre disposition et vous souhaite une bonne journée.

        Bien cordialement,

        Julien de Location-Francophone

        Répondre
      • MANSUY
        le 12 octobre 2016

        Bonjour Pénélope. Communiquons plutôt par « courriel « que par « mail »sourire même si le mot mail est incrusté dans les conversations arrangeons nous pour que le mot courriel soit employé de temps en temps à la place de « mail ». Et pour continuer sur ce même thème on peut dire adresse courriel, plutôt qu’adresse « mail » ou aussi « adel » : abréviation d’adresse électronique.

        Répondre
        • Merci pour tous ces rappels pour franciser notre langage, on en arrive à oublier certains termes ! Je ne connaissais pas « adel », mais je le réutiliserai 🙂 Merci !

          Répondre
    • Francine THIEFFIN
      le 30 août 2018

      Bonsoir.
      Je suis française et suis aussi sur Facebook ( Francine Thieffin ) Si vous voulez écrire, partager et « rafraichir » votre français, je suis d’accord pour entamer la correspondance.
      Au plaisir
      Francine

      Répondre
      • Julien de Location-Francophone
        le 31 août 2018

        Bonjour Madame Thieffin,

        Tout d’abord, je tiens à vous remercier de votre intérêt pour notre article sur la langue française.
        C’est une excellente initiative que vous proposez ici et nous espérons que de nombreuses personnes viendront converser en français avec vous 🙂

        A très bientôt pour de nouveaux articles sur la langue française !

        Bien cordialement,

        Julien de Location-Francophone

        Répondre
  • Bandula Idamegama
    le 20 août 2016

    Cela semble être un site très utile en effet.

    Répondre
  • Troll
    le 21 août 2016

    Le y n’est pas une voyelle?

    Répondre
    • Bonjour,

      Les avis divergent concernant le Y. Le Y est une lettre bâtarde tantôt considérée comme voyelle et tantôt comme une consonne, on parle même de semi-voyelle.

      Cordialement,

      Julien de Location-Francophone

      Répondre
  • MANSUY
    le 12 octobre 2016

    Bonjour Julien ,

    Bravo pour votre blog , mais ne pourrait il pas prendre l’appellation de « blogue » , comme chez nos cousins québécois , histoire de franciser cet anglicisme !?

    Répondre
    • Bonjour Yves,

      Je vous remercie pour votre compliment, c’est très gentil de votre part ! Pour ce qui est de l’appellation « blogue » effectivement j’aurais pu l’appeler ainsi, mais au niveau du référencement et de notre cher « google » c’était mieux d’écrire blog comme ceci… Si je décidais de changer l’url, tous les liens que j’ai fait auparavant ne seraient plus valides… mais vous avez totalement raison, je pense que ce clin d’œil à nos cousins et amis québécois aurait été une bonne idée.

      Merci d’avoir parcouru mon blogue 🙂

      Répondre
  • AG
    le 11 avril 2017

    mettre sur le même plan « transpalette, casse-noisette, bébé-éprouvette, porte-serviette, pied-d’alouette, magnétocassette » et « squelette » fera hurler d’épouvante tout lexicologue sérieux !! Nulle explication nécessaire, il suffit, très rapidement, de s’arrêter à la formation de ces mots qu’aucun linguiste sérieux n’oserait rapprocher de « squelette »

    Répondre
  • Becky
    le 16 juin 2017

    Merci! J’aime beaucoup vos articles!

    Répondre
    • Avec plaisir 🙂 Merci pour votre compliment ! N’hésitez pas à parcourir nos autres articles sur la langue française, mais également ceux sur les destinations vacances 😉

      A très bientôt,

      Julien de Location-Francophone

      Répondre
  • Elem
    le 5 juillet 2017

    Bonjour,
    Concernant le mot « OISEAUX » il faut être culotté ( ou analphabète ? ) pour affirmer qu’il contient toutes les voyelles de notre alphabet…
    Bien cordialement.

    Répondre
    • Bonjour,

      Effectivement le « Y » n’y est pas. Cependant, la lettre Y est parfois considérée comme une voyelle et parfois comme une consonne, certains parlent même de semi-voyelle. Vous pouvez regarder sur de nombreux forums sur la langue française, la question se pose très souvent.

      Bien cordialement,

      Julien de Location-Francophone

      Répondre
      • Lili biba
        le 20 juillet 2017

        Eh Bien oui !! A E I O U .. sont contenus dans oiseau … que dire d’autre ? Un si petit animal qui contient tant de voyelles …

        Répondre
      • messabox
        le 20 août 2017

        Sur le plan phonétique on enseigne que y= i+i pour expliquer les prononciations : ayons ( ai+ion ) , ayez, soyons (soi+ion) etc…

        Répondre
  • Michel LOIR
    le 17 novembre 2019

    « Dans les jobs des bizness il faut être un winner ou un killer ! » Cela peut faire sourire mais c’est trop souvent de cette manière qu’ « évolue » la langue française. Nous négligeons trop de nous souvenir et rappeler aux jeunes et aux professeurs de français, combien des mots et expressions empruntés à l’anglais, ajoutent à la beauté et l’originalité de notre langue si en leurs lieu et place on restitue les expressions francophones appropriées.
    Il existe divers domaines de la vie courante qui sont envahis par des expressions anglophones ou pour la propagation desquels l’anglais semble être un passage obligé, ce qui incite tout naturellement un nombre croissant de personnes dès le jeune âge à opter pour l’anglais afin d’y accéder. Citons par exemple le vocabulaire de l’informatique et plus généralement des multimédias, celui du monde des bizn pardon des affaires, le monde de la chanson où même es francophones à l’instar d’autres nationaux, se déguisent en anglophones afin de gagner en audience (cfr. Eurovision) !
    N’oublions pas que la langue ne se limite pas à véhiculer des pensées mais aussi tout un état d’esprit, une culture, une philosophie de l’appréhension des relations humaines et de l’Humanité envers son environnement.
    Le siècle des Lumières évoque les Grands Philosophes à l’origine de la plus louable des créations humaines,  » La Déclaration des Droits de l’Homme « ;.
    Aussi afin que la francophonie ne se fasse plus « grignoter aux entourlures  » ( c’est pas une belle expression francophone ça ?) , et reprenne le relais de ceux qui préféraient que l’ Humanité conjugue le verbe ETRE plutôt que avoir, il devient urgent de nous mobiliser et d’investir tous les niveaux de pouvoir afin de relooker ( oups ma langue a dérapé) de veiller à une remise à jour continue de la langue française en l’enrichissant d’expressions propres de manière à ce que nous ne soyons plus obligés de nous casser la nénette ( c’est correct ça ?) pour comprendre  » keskeça veut dire ?).. Voilà c’est dit et je suis francophone belge,…eh oui ça existe aussi ! Au passage merci au correcteur d’orthographe.

    Répondre
    • Michel LOIR
      le 17 novembre 2019

      Je répond à mon propre commentaire pour dire combien j’apprécie le vocabulaire du modérateur…

      Répondre
      • Julien de Location-Francophone
        le 18 novembre 2019

        Merci beaucoup pour votre compliment, c’est très gentil de votre part !

        Répondre
    • Julien de Location-Francophone
      le 18 novembre 2019

      Merci beaucoup pour votre commentaire que j’ai fortement apprécié et qui m’a fait beaucoup sourire ! Heureux de savoir que nos articles sont parcourus également en Belgique.
      A très bientôt pour de nouveaux articles sur la langue française !

      Bien cordialement,

      Julien de Location-Francophone

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.