Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

Connaissez-vous les petites histoires salées de la langue française ?

Publié le 14 août 2018 par Julien de Location-Francophone

Les petites histoires salées de la langue française se cachent à travers les termes et expressions que nous prenons tant de plaisir à utiliser aujourd’hui. En effet, quelques siècles plus tôt, certaines expressions populaires françaises avaient des sens assez sulfureux. En connaissez-vous quelques-uns ? Nous vous invitons à les découvrir en feuilletant le livre Du couvent au bordel signé Claudine Brécourt-Villars.

Découvrez quelques petites histoires salées de la langue française

Découvrez quelques petites histoires salées de la langue française

Tour d’horizon sur les petites histoires salées de la langue française

Qu’il s’agisse d’expressions parisiennes ou venues des quatre coins de la France, quelques-unes des expressions que l’on déclame au quotidien cachent de petites histoires salées. Âme sensible s’abstenir, car ces dernières trouvent souvent leur origine dans la prostitution et le sexe.

Parmi les termes sulfureux de la langue française, on peut citer le mot « boulangère ». Effectivement, au début du 18e siècle, ce mot désignait une prostituée occasionnelle. Tirant son nom du latin proxeneta, le mot « proxénète » désigne un individu s’entremettant pour un marché.

L’histoire de l’expression « faire du boucan » amusera certainement certains francophones. Selon le dictionnaire comique de 1718, ce jeu de mots évoquait les ébats orgiaques des couples. À l’origine, le boucan désignait un lieu de débauche.

Histoire sulfureuse de la langue française

Histoire sulfureuse de la langue française

Parmi les petites histoires salées de la langue française, on retiendra aussi le mot en français « milord ». On utilisait ce terme au 18e siècle pour pointer du doigt le « proxénète entretenu par une fille galante ». Il faudra attendre le 19e siècle pour que ce mot change de sens. Il désignera le riche et distingué Anglais fortuné qui foule le sol de Paris.

Mais il n’y a pas que dans les termes et expressions que les locuteurs francophones dénicheront les petites histoires salées de la langue française. Certains lieux avaient aussi leur petite histoire sulfureuse, comme « Saint-Lazare ». Durant la première moitié du 19e siècle, Saint-Lazare était un hôpital-prison qui veillait au contrôle sanitaire et au traitement des prostituées.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.