Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

Des fonctionnaires rappelés à l’ordre pour usage abusif des mots anglais

Publié le 27 octobre 2016 par Julien de Location-Francophone

Tel un virus, les mots anglais s’incrustent en effet dans les départements du ministère de la Fonction Publique. Une invasion qui semble beaucoup déplaire à la ministre, Annick Girardin. Celle-ci est forcée de rappeler ses agents à l’ordre via une circulaire.

Mots anglais

Mots anglais

Les mots anglais à bannir

C’est effectivement le 1er octobre 2016 que la ministre de la Fonction publique a transmis une circulaire. Cette circulaire stipule clairement que les mots anglais ne devront plus être introduits dans les documents administratifs du ministère. Seule la langue française sera utilisée dans leur travail, notamment dans les documents administratifs et publics.

Cette circulaire, rédigée par Mme Girardin, ancienne secrétaire chargée de la Francophonie, et appuyée par André Vallini, son successeur, a été adressée à tous les ministres, mais aussi les directeurs généraux et les préfets travaillant en France.

Cette circulaire stipule clairement que « les prises de parole, la tenue de réunions ou la rédaction de courriers en langue étrangère tendent également à se développer au détriment de l’usage du français et par conséquent de l’expression du multilinguisme au plan européen et international ».

Cinq millions !

La France

La France

Cinq millions, c’est le nombre d’agents qui sont invités et priés de respecter l’usage de la langue de Molière. La langue doit être respectée notamment « dans le cadre de leur travail, des relations avec les différents interlocuteurs français ou étrangers, de la production de rapports, des outils de communication et d’information ».

Les mots anglais, comme Confcall, todolist, open democraty ou encore only by Lyon, seront ainsi à bannir définitivement des ministères français afin de réduire cette présence déplorable des anglicismes dans le vocabulaire écrit et parlé du ministère de la Fonction publique. Un usage abusif qui « affecte la totalité de la fonction publique », selon le ministre interrogé récemment par l’AFP.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.