Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

Les erreurs fréquentes en français à ne plus commettre !

Publié le 13 juin 2020 par Julien de Location-Francophone

Qui a dit que le français est la plus facile des langues sur terre ? Nombreux sont ceux qui font des erreurs fréquentes en français, et qui ne s’en rendent pourtant pas compte. Voici justement quelques mots et expressions que l’on utilise très souvent au quotidien et qui doivent être corrigés.

Quelques erreurs fréquentes en français à ne plus commettre

Quelques erreurs fréquentes en français à ne plus commettre

Les pléonasmes parmi les erreurs fréquentes en français

Lorsqu’on parle d’erreurs fréquentes en français, difficile de ne pas évoquer le pléonasme, cette figure de style ou combinaison de mots qui définit une redondance d’information. Les plus courants parmi les pléonasmes sont « j’ai entendu de mes oreilles », « j’ai vu de mes propres yeux » ou encore « rédiger par écrit ». Si ces derniers sont tolérables, d’autres comme « moi, personnellement », « monter en haut » ou encore « sortir dehors » sont à éviter, car ils n’ont aucun sens.

« Quoi que ou quoique »

Voilà un mot qui fait vraiment débat depuis longtemps chez les locuteurs français. Pour faire simple, on va prendre deux exemples. Si vous utilisez « quoique » dans une phrase et que vous pouvez le remplacer par « bien que », alors la forme correcte est bien « quoique ». Mais si par exemple vous dites « quoi que je fasse » pour dire « quelle que soit la chose que je fasse », on utilise la forme séparée c’est-à-dire « quoi que ».

« Réouvrir ou rouvrir, réouverture ou rouverture »

L’une des erreurs fréquentes en français à corriger concerne le mot… « réouvrir » qui n’existe tout simplement pas dans le dictionnaire de l’Académie française. La forme exacte est en effet « rouvrir ». Par contre, le mot « réouverture » existe bel et bien contrairement à « rouverture » qui sonne d’ailleurs très mal. On parle fréquemment aux infos de la « réouverture des frontières » après la pandémie du Coronavirus.

« Monter en vélo ou à vélo »

Comme expliqué par l’Académie française, on utilise la préposition « en » lorsqu’on parle de véhicule qui peut accueillir des passagers, comme par exemple « y aller en train » ou « y aller en voiture ». On ne dit donc pas « y aller en vélo » mais plutôt « y aller à vélo », puisqu’on monte plutôt dessus (sur le vélo). La préposition « à » s’utilise ainsi avec les moyens de locomotion à monter, comme par exemple « y aller à cheval » ou encore « partir à vélo ».

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

  • Catégories

  • Rechercher avançée