Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

Connaissez-vous les erreurs courantes en français à ne plus commettre ?

Publié le 1 novembre 2019 par Julien de Location-Francophone

Avoir des connaissances de base n’épargne pas élèves et étudiants de commettre quelques erreurs courantes en français. Comme pour le bricolage, les mots demandent la bonne combinaison d’outils pour que ça marche. Un marteau ne peut tourner une vis comme le subjonctif ne se positionne jamais derrière la forme « après que ». Comme chez le bricoleur, le locuteur francophone doit s’en tenir à une certaine rigueur. Voici quelques fautes à ne plus commettre.

Quelques fautes de français à ne plus commettre

Quelques fautes de français à ne plus commettre

« Il faut obligatoirement », une des erreurs courantes en français

La locution « il faut obligatoirement » fait partie des erreurs courantes en français que nous commettons souvent dans la précipitation. Selon l’essayiste Alfred Gilder, il s’agit d’un pléonasme, une redondance qui, en plus d’être trop sèche, n’apporte rien au verbe. Voilà une locution donnant un ordre, accompagnée d’une redondance, qui découragerait votre interlocuteur francophone. Préférez la formule « il faut que » ou « vous devez » si vous souhaitez que vos ordres soient exécutés.

« Durant » ou « Pendant » ?

Les mots « durant » et « pendant » sont souvent mal utilisés par les utilisateurs de la langue française. Souvenez-vous néanmoins que la préposition « pendant » ou la conjonction « pendant que » désignent la simultanéité de deux actions. Il convient donc de l’utiliser pendant que vous agissez. Le terme « durant » s’emploie, quant à lui, tout au long d’une période ou d’une action donnée, toujours d’après Alfred Gilder.

Fautes à ne plus commettre en français

Fautes à ne plus commettre en français

« Elle l’appelle depuis »

Parmi les erreurs courantes en français les plus flagrantes, on retrouve la mauvaise utilisation de la préposition « depuis ». Notons que ce mot désigne « l’origine dans le temps ». Il est donc préférable d’utiliser le mot « de » qui signifie « l’origine dans l’espace ». Ainsi, la bonne formule serait « elle l’appelle de chez elle ».

« Les fautes d’inattention »

Cette erreur plutôt fréquente est généralement pardonnée. Néanmoins, toujours selon Alfred Gilder, le terme « faute » peut désigner un « manque ». Raison pour laquelle, d’après l’essayiste, il est préférable d’utiliser la formule « par manque d’attention » afin de ne pas se contredire.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

  • Catégories

  • Rechercher avançée