Réinitialiser votre mot de passe

Vos résultats de recherche

Anglicismes : la langue anglaise prend le dessus sur le français

Publié le 2 septembre 2016 par Julien de Location-Francophone

Nous sommes forcés de l’admettre, la langue française n’est plus ce qu’elle était ! En effet, les belles phrases énigmatiques des grands poètes et écrivains français ont cédé leur place aux anglicismes. Les anglicismes, précisons-le, sont des mots empruntés à la langue anglaise que les Français semblent trouver un réel plaisir à utiliser pour rester « In ». Mais quelles sont ces locutions qui font désormais partie de notre quotidien ?

Anglicismes

Anglicismes

Backstage : un mot emprunté dans la langue anglaise

Ce mot est bien connu des acteurs et artistes. Signifiant littéralement « derrière la scène », ce mot désigne les coulisses et tout ce qui se passe derrière la scène. Curieusement, bien qu’étant un terme emprunté à la langue anglaise, on retrouve la définition de ce mot dans les dictionnaires en français.

Le mot Bankable

Dans l’univers du cinéma, il n’est pas rare de tomber sur des mots ou des locutions en anglais, comme « bankable ». Étroitement liée au vocabulaire financier « bancable », cette locution signifie tout simplement « qui rapporte de l’argent ». Très utilisé dans le jargon cinématographique, ce mot apparait dans la langue française autour des années 1990. De nos jours, ce dernier est étroitement lié à la rentabilité financière d’un artiste quelle que soit sa nationalité.

Check !

Voilà un anglicisme que les internautes du 21e siècle connaissent sur le bout des doigts. Également emprunté à la langue anglaise, ce mot signifie tout simplement vérifier, examiner ou contrôler. Dès lors, nous ne vérifions plus nos e-mails, on check !

Le dictionnaire en français

Le dictionnaire en français

Deadline ?

Ce mot, issu de la langue anglaise, évoque une date limite, une date à ne pas dépasser, etc. Très utilisé dans les médias, cet anglicisme envahit aussi peu à peu les entreprises françaises et francophones. Il a pourtant été utilisé par les Français, et ce, lors de la guerre de Sécession et portait jadis la signification de « la ligne de la mort ». Ce ne sera qu’en 1913 que celui-ci sera repris par les médias américains.

Stand-by

Le dernier mot emprunté à la langue anglaise, et non le moindre, signifie quant à lui « se tenir à côté ». Et bien que de nombreuses professions utilisent ce terme dans leur jargon, on se rend néanmoins compte que ce dernier est souvent employé à tort et à travers. Rappelons que le mot stand-by signifie mettre en situation d’attente. C’est donc avec impatience que nous attendons de voir quels seront les autres mots étrangers qui tenteront de s’octroyer une place de choix dans le dictionnaire français.

Campagne CSA contre les anglicismes « Dites-le en français »

 

8 commentaires sur “Anglicismes : la langue anglaise prend le dessus sur le français

  • MANSUY
    le 5 septembre 2016

    « checker ses mail »s : effectivement on peut dire tout simplement à la place et en bon français : « vérifier ses courriels » ou sa messagerie (on se doute bien qu’il s’agit de la messagerie électronique) électronique) ou on peut dire également : « consulter » sa messagerie ou ses courriels

    Répondre
    • Entièrement d’accord avec vous. Les alternatives aux anglicismes existent même si on n’a pas l’habitude de les entendre pour certaines. Certains pays luttent plus que d’autres contre la percée des anglicismes mais je pense que c’est un travail collectif à effectuer chaque jour qui, j’en suis sûr, sera payant.

      Répondre
  • Durand Michel
    le 26 octobre 2017

    Dans le paragraphe consacré au mot « bankable », je lis « (…) d’un artiste quelque soit sa nationalité. »
    Faute surprenante sur votre page, mais tellement courante partout – hélas !!!
    Il aurait fallu écrire… « (…) d’un artiste QUELLE QUE soit sa nationalité. »

    Répondre
    • Bonjour Monsieur Durand,

      Je tiens à vous remercier de m’avoir fait remarquer cette faute que j’ai corrigée !
      Effectivement cette faute est courante et l’article datant un peu, je ne maitrisais sûrement pas celle-ci.

      Je vous remercie de parcourir nos articles et vous souhaite une agréable journée.

      Bien cordialement,

      Julien de Location-Francophone

      Répondre
  • Vernin
    le 17 juin 2018

    Plus l’on parle de francophonie, plus l’on voit apparaître des mots anglais un peu partout, notamment à la télé et dans les publicités….dommage

    Répondre
    • Julien de Location-Francophone
      le 18 juin 2018

      Effectivement, vous avez entièrement raison ! Le problème, c’est que les institutions et les journalistes ne jouent pas le jeu et ne cessent d’employer des anglicismes même lorsqu’on fait la promotion de la francophonie ou bien du savoir faire français. Par exemple on parle de « French tech » qui est soit disant un label français pour des écosystèmes de « Startups ». On aurait dû donc avoir la « technologie française » et « jeune pousse » à la place de ces deux anglicismes. Je pense que le changement viendra d’en bas comme au Canada ou les francophones défendent leur langue et en font la promotion.

      Répondre
  • Léo H-D
    le 3 mars 2019

    « Un label français » n’est-il pas un autre anglicisme? Une fiche française pour des écosystèmes de « Startups » démarrages?

    Répondre
    • Julien de Location-Francophone
      le 4 mars 2019

      Effectivement, vous avez raison ! On utilise tellement d’anglicismes au quotidien que certains passent au travers même si on essaie de ne pas utiliser ceux-ci. On aurait pu dire un « signe français » ou « étiquette française » ou « marque française » difficile de trouver quelque chose de significatif tant on est habitué à utiliser le mot « label » que l’on voit partout : « label rouge », « label bio », …
      En recherchant un peu, on trouve tout de même une origine française : en ancien français label, désignait un ruban.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.